Une réflexion au bout de 2 ans d’école d’infirmier

Aujourd’hui je viens vous faire un article assez personnel et assez important pour moi parce que je vais vous parler de mes 2 années et demie de formation infirmière et surtout de ce que j’en ai retiré.

En septembre 2016, je suis arrivé à l’école d’infirmière là où je suis actuellement en première année. Pour moi ça a été la découverte du système universitaire, j’ai découvert les joies d’être étudiant et j’ai aussi découvert les moins bon côté.

Mon année c’est plutôt pas trop mal passé pour le premier semestre mais le semestre 2 a été très compliqué pour moi. Au deuxième semestre, j’ai eu un stage en diabétologie médecine et ce stage c’est très mal passé.  Je ne blâmerai bien évidemment pas le stage parce que je pense qu’ils ne sont pas les seuls responsables de cet échec, mais je pense que c’est tout simplement une mauvaise rencontre entre une équipe en crise et moi qui était en crise dans ma vie personnelle. En deuxième année, le stage se commence au début du semestre ensuite nous faisons nos cours et ne partiel, puis nous clôturons notre semestre par le stage, autant te dire que mon semestre a été très dur pour moi sachant que mon stage se passait très mal et que ma vie personnelle était chaotique. J’ai donc joyeusement raté mon 2e semestre, l’été de ce semestre si a été chaotique pour moi j’ai dû rattraper le stage (mais j’ai eu la chance de découvrir le service de chirurgie viscérale qui a été un coup de cœur immense)  et à cette époque-là je travaillais à côté de mon stage, je travaillais donc en moyenne 60 heures par semaine plus mes révisions. Une fois la fin de mon stage arrivé, j’ai dû repasser mes partiels que j’avais loupé au semestre 2 et au semestre 1 et malheureusement malgré mes efforts incommensurable j’ai loupé mon année.

Donc en septembre 2017 2 jours après l’annonce de l’échec de ma première année, je rentre à nouveau dans une 1re année avec des nouveaux élèves dans une nouvelle promotion.  Pour moi ça a été très compliqué à encaisser, j’ai tout simplement perdu pied, j’ai fait un burn-out, mais l’avantage dans tout ça c’est que j’ai quitté mon travail et ça a été une libération. Ma deuxième première année c’est plutôt pas trop mal passé malgré la difficulté de me retrouver à nouveau en première année, j’ai eu un stage en EHPAD qui s’est plutôt bien passé que j’ai plutôt apprécié avec des équipes que j’ai vraiment aimé, je les ai tellement aimé que j’ai fait des remplacements en tant qu’aide soignant dans ses services là. Une fois ma 2e 1re année terminé j’apprends que j’ai validé cette année ce qui a été formidable vois moi et qui a été réellement libérateur, j’ai donc commencé à travailler sur l’hôpital cet été-là en tant qu’agent de service hospitalier.

Cet été-là j’ai tout simplement exercé plusieurs postes, j’ai été brancardier, j’ai été agent d’entretien, j’ai été agent détachées à la lingerie mais aussi détaché aux déchets hospitaliers.  Et entre deux j’ai également fait des petits remplacements aide-soignant dans des maisons de retraite autour de chez moi. Cet été-là malgré le fait qu’il était assez compliqué parce que j’ai fait beaucoup de poste et j’ai découvert énormément de choses, il a été hyper formateur et il a été génial pour moi. En fait même si je suis arrivé en 2016 en tant que étudiant qui n’a jamais travaillé dans le milieu hospitalier de sa vie, l’été 2018 j’ai tout simplement exercé tous les postes hospitaliers en gravissant les échelons.

En septembre 2018 je suis rentré en deuxième année, j’ai été hyper heureux de rentrer en deuxième année avec très peu de non acquis de première année, mais c’est surtout l’année où j’ai été définitivement passionné par mon travail.  En effet cette année celle que je suis en train de faire maintenant, c’est une année charnière pour la formation infirmière, selon moi en deuxième année c’est là que l’on s’est réellement si on est fait pour ce métier ou pas. Et je dois dire très sincèrement, j’adore mon métier je rêve d’exercer le métier d’infirmier et je suis impatient d’être diplômé.  Malgré énormément de difficultés dans ma vie personnelle, notamment au niveau financier, je me battrais  corps et âme pour arriver jusqu’à la fin de ma troisième année et être diplômée en tant qu’infirmier pour exercer le métier que je rêve d’exercer depuis près de 10 ans mais surtout le métier pour lequel je suis passionné depuis maintenant plusieurs mois.

Tu vas certainement te demander pourquoi je te raconter tout ça, alors grande nouvelle ce n’est pas juste pour te raconter ma vie.  Je suis venu te raconter tout ça,  parce qu’au cours d’une conversation avec des camarades étudiants infirmiers nous avons parlé de nos aspirations pour le futur, mais nous en avons également parlé lors d’un cours, et un constat se dresser face à moi qui m’a particulièrement étonné. Lors d’un cours nous parlions de la génération Y qui est ma génération, nous parlions de cette génération et de ses attentes scolaire et professionnelle. Lors de secours nous avions évoqué le fait que aujourd’hui les infirmiers n’ont plus du tout vocation à être titularisé dans un service et à y passait la majeure partie de leur carrière. De prime abord, j’ai tout simplement pensé que ce n’était qu’un rapport statistique qui ne se baser pas forcément sur les nouveaux étudiants qui seront diplômées dans les années proches. Mais en discutant avec des collègues étudiants, je me suis rendu compte que en effet beaucoup d’étudiants infirmier aujourd’hui ne se voit pas être infirmier pendant une très longue période. En réalité, j’ai pu constater que certains de mes camarades venez chercher un diplôme pour faire d’autres études, ou encore pour ne travailler que 5 ou 10 ans en tant qu’infirmier et faire tout autre chose derrière. Ce constat m’a finalement plutôt étonné parce que je suis moi-même étudiant infirmier mais je suis étudiant infirmier pour être infirmier la grande partie de ma carrière, la deuxième mineurs partie de ma carrière sera consacrée à l’enseignement à d’autres futurs étudiants infirmiers car je rêve de pouvoir transmettre mes savoir en devenant formateur infirmier.  J’ai donc pu comprendre à quel. La formation infirmière et les attentes face à cette formation évoluer en permanence, et que contrairement à ce que je pouvais penser en arrivant formation : ce métier ne se voit plus devenir un métier de carrière mais un métier transitoire qui est passionnant mais qui n’est pas pérenne.  C’est un constat très intéressant, quand on sait la difficulté  qu’il y avait à rentrer en formation, en fait beaucoup de personnes affronter ses difficultés de concours écrit et oral mais ne voulais pas exercer le métier qui était derrière. Même si très honnêtement cela me blesse beaucoup parce que ce métier est ma passion et que j’aimerais énormément que tout ce qu’il exerce ou qu’ils veulent l’exercer soit aussi passionné que moi, c’est assez intéressant de voir que ce métier a tellement changé qu’aujourd’hui il n’est plus un métier  de carrière mais un métier transitoire. Ce décalage est intéressant, car les formateurs passent leur temps à nous répéter que la carrière infirmière est une carrière formidable mais une carrière qu’il faut exercer avec passion alors que face à eux ils ont des étudiants qui se voit être infirmier mais qui ne se voit pas être dans une carrière d’infirmier.

Que vais-je faire de tout ça, que je faire de ce constat ?  Honnêtement je n’en sais rien, j’avais tout simplement envie de partager ce constat avec toi pour que tu puisses peut-être te déculpabiliser si jamais tu n’as pas envie d’être infirmier à long terme ou si tu te demandes si tu vas te lancer dans des études d’infirmier mais que tu ne te vois pas faire carrière là-dedans. Aujourd’hui, Les études d’infirmière sont très compliqué parce que la profession a évolué, nos devoirs et nos obligations ont évolué, de même que nos droits. Donc avant de te lancer dans ses études là, je pense qu’il est intéressant de se poser quelques questions pour savoir si réellement ça vaut le coup de se lancer dans des études si compliquées.  Je pense que 3 questions sont importantes à se poser : est-ce que je suis capable d’accepter la maladie d’une personne même si je ne la comprends pas ?  Est-ce que je suis capable de voir quelqu’un souffrir ? Est-ce que je fais ce métier pour toute sa dimension relationnelle, technique, éthique, réflexive ou bien est-ce que je ne veux tenter cette formation que pour être un infirmier technique ? Si tu as répondu oui aux deux premières questions et si tu as répondu la première proposition à la troisième question, alors je te dirai fonce, fonce dans ses études là  et éclate-toi dans ton futur métier. En revanche, si une seule de ces questions  elle n’a pas la bonne réponse alors je te dirai de réfléchir encore un peu voir de remettre en question ton projet d’entrée en formation infirmière parce que je pense que tu vas être déçu voir que tu vas souffrir de ce que tu vas trouver, car tes représentation du métier sont bien erronés par rapport à la réalité. Attention, cela n’est que mon avis et mon opinion, si jamais tu as absolument envie de devenir infirmier et que tu veux devenir infirmier malgré ce que je viens de partager avec toi alors fonce, c’est que au fond de toi tu as besoin de faire cette formation soit pour être infirmier soit pour comprendre autre chose.

J’espère que cet article aura su t’être utile, même si je ne suis pas sûr qu’il est réellement une utilité  en dehors de celles de m’avoir permis d’extérioriser tout ça. Mais si cet article t’a plu  et t’a aider alors n’hésite pas à me le dire en commentaire ou à me le partager sur les réseaux sociaux.

Prends très grand soin de toi-même et ne laisse jamais personne te dire ce que tu as à faire, même pas moi. N’oublie pas que tu es la personne la plus formidable de ce monde, qui que tu sois, où que tu sois, et quoique tu fasses.

Merci de m’avoir lu et regardé !

À très bientôt !